Face à l’avènement de la télévision et des nouvelles technologies, le conte perd sa place et son influence dans la société africaine. Nombreuses sont les générations qui n’ont pas eu l’occasion de vivre les séances nocturnes de récits de contes. L’enjeu est donc de taille et la question relative à la réhabilitation des récits préoccupent bon nombre de cadres africains et Béninois. C’est pour renforcer cette nécessité de sauver de l’oubli cette culture du Bénin que l’association DO MASSE a initié le FICOP depuis 2008 et œuvre pour la sauvegarde de cette richesse de l’oralité.

Le festival s’est déroulé sur dix jours : du mardi 23 avril au 3 mai 2014.

VOIR LES PHOTOS

COMPTE RENDU DE LA 4° EDITION FICOP 2014 (partie 2/4)